Rien ne se perd

visuel rien ne se perd 2Rien ne se perd
Création Festival de Caves
Mise en scène et texte : Natacha Roscio
Avec Fanny Delort

Comme beaucoup de gens, je perds beaucoup de choses. Toutes sortes de choses, plus ou
moins petites et importantes. Comment expliquer, justifier, et au final accepter la perte ?
Qu’elle soit temporaire et bénigne ou définitive et douloureuse… Comment je réagis ?
Une bizarrerie de la langue m’a frappée dès le départ : l’utilisation du même mot que ce
soit pour parler d’une moufle ou d’une grand-mère. Comme si c’était comparable. J’aime
l’absurdité de comparer une chose à une personne, quand on la perd.
Ça fait quoi quand on perd quelqu’un, quelque chose ? Quels sont les points communs aux deux situations ?
J’ai toujours envie de digresser et rentrer dans des détails inutiles …
Tourner autour du pot, en s’écartant du sujet pour mieux le cerner.
Mon père est mort mais justement comme j’ai perdu ma gourde je me suis dis que j’allais
en faire un sujet de spectacle passionnant parce que tout le monde perd sa gourde ou un
gant un jour où l’autre…

« Je perds toujours mes chouchous. Élastiques pour cheveux. Quand tu as les cheveux longs et que tu veux prendre une douche sans te mouiller les cheveux. Ce qui m’arrive souvent à moi. Ça m’énerve ! Je me dis “je vais prendre une douche”, je me dirige vers la douche. Là je me dis mes cheveux sont sales ou pas ? Non ça va je ne vais pas les laver… je vais les attacher… avec un… chouchou.. où sont mes chouchous ?
(…)
Quand je veux dire un trou Mais que je ne m’en rappelle puits. alors ça catacombe
Je dégringole. Sans savoir comment je me recouvre au fond L’escalier remonte boyau de l’autre côté 
La pente décédée Sans issue dessous Sans cachette perdue ça joue à cache cache sauve qui peut creuse ton tronc, ton arbre cercueil Love toi, love toi même avant qu’autrui ne malotru 
Avant que ça se cabosse dans ta tête Lève ton nez du bout des doigts
Regarde la pierre qui épitaphe L’eau rebondit du gouffre enterre les vagues béantes »
Natacha Roscio, Rien ne se perd, 2020